30/03/2013

Essai

La tentation était bien trop grande malgré le fait que j'étais et suis encore très sceptique par rapport à la conclusion du médecin du sport que j'ai consulté mi-mars.  Le phénomène physiologique, je le comprend et c'est l'évolution naturelle d'une articulation arthrosée, mais cette évolution n'est pas systématique et le délai pour arriver jusqu'à l'arthrodèse inconnu.

Après discussion avec Fernand, il m'a concocté un programme de 2 semaines avec entraînement quotidien.  Avec 3 séances:semaine de vélo ou rouleaux (vu la météo) et les 4 restantes de la course à pied.  Le première semaine, j'avais fait 2 séances course à pied sur le tapis et 2 en extérieur.  Cette semaine, j'ai fait 3 sorties extérieures en course à pied.  L'infiltration n'a évidemment plus d'effet, mais les douleurs ne sont pas trop fortes ou invalidantes.  Et jusqu'à présent, cela reste tout à fait gèrable avec trois anti inflammatoire sur la semaine Sourire.  Côté sensation, pas mauvais du tout.  Je n'ai pas vraiment l'impression d'avoir arrêter, d'ailleurs je n'ai pas arrêter puisque je m'entraînais sur mon vélo, les rouleaux et parfois sur le tapis de course lorsque ça titillait de trop Innocent.  Et aux vues de ce que j'ai fait au courant des deux mois et demi, Fernand m'a dit que la condition ne devait pas être mauvaise.  Normalement, la semaine prochaine, je devrais faire un test de terrain pour évaluer mon niveau de forme.  Un nouveau départ ? Aucune idée, tout dépendra de l'évolution des symptômes et de la possibilité ou l'imposssibilité de respecter un plan d'entraînement.  Ce n'est pas une victoire, juste une remise en question, un test Clin d'œil

23/03/2013

Une théorie étonnante

Suite aux recommandations de Fernand et de mon kiné, j'ai finalement été consulter un autre médecin du sport, alors que ma décision était bien prise et que le shopping médical n'est vraiment pas mon truc Incertain.  En 2012, j'avais consulté deux médecins du sport, et tous deux étaient sur la même longueur d'ondes :infiltration Déçu...  Ce 15 mars, j'ai pris la direction d'une commune bruxelloise avec son le bras, tous les examens complémentaires que j'avais effectués en 2012.  Après avoir consulté RX et fait un examen clinique poussé, le médecin me dit : "c'est une pubalgie d'origine articulaire, et dans ce cas, cela se termine toujours bien".  Personnellement, j'étais plus qu'étonnée...  A cela, il répond : "lorsqu'il n'y aura plus d'articulation, il n'y aura plus de douleur"...  Mouai, si on peut dire que c'est une réponse rassurante Incertain, même si il a déjà vu des cas similaire avec cette évolution vers une arthrodèse spontanée.  Combien de temps avant d'arriver à ce stade ? Grande inconnue...  Et donc, conclusion du toubib : aucune contre-indication à la pratique de la course à pied, juste éviter les terrains irréguliers, privilégier la route, le tapis de course et alterner avec d'autres sports comme vélo et natation.  Et pour ce qui est de la douleur, c'est un cap à passer (dixit le médecin) ? Et maximum 3 anti inflammatoires/semaine (c'est pas lui qui a mal Déçu)...

Tester la théorie, c'est bien tentant Rigolant... 

 

03/03/2013

Run & Bike du RCBT

C'est peut-être la chose la plus irraisonnable que j'ai fait ces derniers temps, ou presque Langue tirée...

Fin janvier, Kinga m'avait contactée en prévision de ce Run & Bike, pour savoir si j'étais toujours intéressée de participer à une compétition de ce genre.  J'avoue que je lui avais tendu la perche bien avant le moment où j'ai pris la décision d'arrêter la course à pied.  Par rapport à l'infiltration, le défi était tout à fait réalisable Sourire.  Et donc...

Depuis, le week-end passé, j'avais intensifié un peu les entraînements, en allant courir en extérieur entre-autres.  Le dimanche précédent la course, j'avais même été m'entraîner avec Kinga, en mode "run and bike" sur neige, puisqu'elle était de retour Rigolant, afin de "travailler" les relais.  Et ça collait super bien, Kinga descendant du vélo à droite, moi à gauche, complémentaire quoi !

Et ce dimanche, c'était le jour J Sourire ! Une météo hivernale, sèche avec quelques éclaircies et très peu de vent, que demander de plus.  Petite organisation sympa du RCBT (3e édition).  Le circuit démarrait et arrivait sur le site de Toyota Motor Europe à Evere et consistait en deux boucles de 5km pour un total de 10.  Un Run & Bike c'est deux coureurs pour un vélo, ce qui veut dire que tout au long de la course, les deux équipiers interchangent leur place en se relayant à tour de rôle.  La distance entre le coureur et le cycliste ne peut excéder 10 mètres, donc c'est le coureur à pied qui donne le tempo.  Le but étant d'aller le plus vite possible, il faut perdre le moins de temps possible dans les relais, le rythme des changements sont totalement libre et en fonction du niveau des deux athlètes.  Le parcours était roulant, beaucoup de portions en macadam ou béton, deux passages sur des chemins de remembrement qui étaient secs.  Il y avait quelques pièges, des bordures assez hautes et une petite butte à franchir sans élan (à cause de la bordure) avec un sol excessivement spongieux Langue tirée.

Etant meilleure coureuse que Kinga (c'était encore à voir en fonction d'une grande inconnue, la forme), je prenais le départ.  Le coureur faisait une boucle d'environ 700m tout seul avant de récupérer son coéquipier qui attendait avec le vélo.  On refaisait la même boucle à deux, nous n'avons pas directement fait de changement, j'ai encore couru environ 300m avant de monter sur le vélo pour récupérer un petit peu.  Avant de sortir du site TME, on a effectué un changement.  Ensuite, on est parti dans la "campagne" environnante sur un circuit légèrement vallonné avant de revenir faire une boucle dans le site TME et repartir pour le circuit campagnard.  Au final, je dirais que pour la partie course à pied, Kinga a fait 40% de la distance et moi 60%, plutôt logique.  Notre équipe, KiVi (contraction de Kinga et Virginie) s'est classée 12e au scratch et 1e en féminine dans un chrono de 37'00" soit une moyenne de 16.22km/h.  

IMG_7987.jpg

Notre équipe à la sortie du site TME.

Une chouette expérience, malgré le peu d'entraînement, je me suis bien amusée.  Même si j'ai réussi à me prendre une belle gamelle, non pas à vélo mais bien à pied.  Et vu les dégâts, il devait y avoir pas mal de gravillons sur un casse-vitesse, qui a bien cassé ma vitesse, de 17km/h à 0km/h en moins d'une seconde Clin d'œil...  Faut pas se retourner en courant Bouche cousue...

Maintenant pour la suite, c'est la grande inconnue...