02/09/2013

Belman (Robertville)

Si j'ai repris l'entraînement au mois de juin, c'était en vue de cet objectif.  Lorsque je donne ma parole, je la garde, mais nul n'est tenu à l'impossible.  3 mois d'entraînement pour faire un marathon, un peu short mais pas irréalisable Clin d'œil...

C'est ainsi que samedi soir, j'ai pris la direction de Robertville pour rejoindre mes coéquipiers qui constituaient notre team pour l'Ironman qui allait se dérouler le lendemain.  Initialement, j'avais prévu d'arriver le jour J, mais finalement une nuit un peu plus longue à l'hôtel ne ferait pas de tord, d'où nous étions pas dans le même hôtel.

Dimanche 7h du mat', nous voilà réunis au bord du lac de Robertville.  Une demi-heure plus tard, le départ allait être donné...

Notre équipe NSTT/RCBT composée de : Eric (nageur), Benoit (cycliste) et moi (course à pied).

1236421_10202134685472334_1683102357_n.jpg

La météo était fraîche à cette heure-là, l'eau du lac à 18°C, le soleil commençait à pointer au-dessus de l'horizon.  Environ 90 athlètes se sont élancés pour 3800m de natation dans la lac de Robertville, individuels et équipes.  La partie natation était constituée de deux tours de 1900m, ce qui permettait aux spectateurs de voir les nageurs quasi sur l'entièreté de l'épreuve.

540123_10202134686072349_187262225_n.jpg

 

A la sortie de l'eau, Eric pointait à la 13e place (toutes catégories confondues) et en 3-4e position au niveau des équipes.  Il a réalisé 1h05'01'', pile-poil le temps qu'il voulait réaliser Sourire.

1234367_10202134686952371_1868162445_n.jpg

1234457_10202134687952396_415422777_n.jpg

Pour la partie vélo, c'est Benoit qui s'en chargeait.  Et pas une mince affaire, avec 180km et un dénivelé positif de plus de 2000m.  Deux boucles distinctes qui passait entre-autres par le signal de Botrange et pour le second tour, le circuit de Spa-Francorchamps (à faire 6x). Sûr que les cuisses allaient chauffer sur un tel parcours Langue tirée...  

1234318_10202134688912420_875172098_n.jpg

Pour le début vélo, les températures n'avaient pas encore vraiment augmenté, par contre le vent montait petit à petit Incertain.  Finalement, c'est au bout de 6h49'40'' que Benoit me passera la puce de chronométrage.  Cela faisait 20 minutes que je l'attendais et que petit à petit le stress montait.  Quelle idée j'avais eu de m'engager dans un truc aussi fou...  Partir sur un marathon en solitaire, et tout cela après trois mois de reprise entraînements course à pied, et comme premier contact avec la compétition.  Dingue, quoi Bouche cousue !

Me voilà partie pour 42,195 km...

1236248_10202134691912495_31991905_n.jpg

Sans pression ou presque Clin d'œil.

Le plus difficile à gérer dans ce genre d'épreuve, c'est le rythme, pas trop vite, pas trop lent.  Mais vu le profil du parcours, ce ne serait pas une chose aisée, et doublement pas aisée vu mon manque de repère.  Eventuellement, je pouvais me baser sur ma fréquence cardiaque et encore vu le profil...

Trois boucles à effectuer, dont les deux premiers tiers montaient et le dernier descendait.  En réalité, c'était plus ou moins cela, effectivement ça grimpait par petites côtes aux pourcentages acceptables, en faux-plats et quelques portions plates, de rares descentes (courtes) et un passage dans un chemin plein de caillasses.  Le dernier tiers, deux solides côtes aux pourcentages plus conséquents, surtout une descente très casse-patte et une autre descente sur un chemin plein de caillasses.  Pour le dernier tour, cela voulait dire deux solides côtes dans les sept derniers kilomètres.  Sans compter que le vent était bien sûr de la partie Incertain, et que le balisage était à certains endroits limites.  Heureusement, dans le premier tour, j'étais complètement lucide donc pas d'erreur de parcours, j'en ai même rappelé un sur le droit chemin Clin d'œil...

Le premier tour est passé relativement vite et facile.

1236966_10202134693232528_710558235_n.jpg

Passage après 14km.

Dans le deuxième tour, j'ai commencé à sentir qu'une ampoule se formait sous le pied gauche.  Mauvais plan ! Surtout si tôt dans la course, bien avant le 20e km Criant.  Finalement, je devrai me décider de m'arrêter quelques secondes pour resserrer mes godasses.  Sage décision puisqu'après la gêne était nettement moins forte, mais le mal était fait.  Les deux passages dans les caillasses devenaient pénibles pour les petons...  Avant la grande descente du second tour, je marquerai à nouveau un arrêt de quelques secondes pour resserrer la puce de chronométrage (qui me faisait un peu mal dans les descentes).  Décidément Déçu...

530490_10202134693872544_2053118592_n.jpg

Passage vers le 28e kilomètre Cool.

Dernier tour, la barre des 30 km passée Langue tirée.  Petit à petit, les muscles commençaient à devenir plus raides, les pieds de plus en plus douloureux surtout le gauche à cause de l'ampoule.  A partir du 35e kilomètre, cela commençait à devenir long, je courrais de plus en plus en mode automatique.  J'attendais surtout avec impatience le dernier passage dans la caillasse, ensuite, c'était descente, un petit mur et puis descente jusqu'à l'arrivée.  Autrement dit, le plus dur était derrière Rigolant.

Sur la totalité du marathon, je n'aurai fait que de rattraper des coureurs soit d'équipes ou individuels (chapeau bas, je n'y arriverais pas à faire un Ironman), ce qui était assez stimulant surtout dans le dernier tour.

1240583_10202134695392582_583380298_n.jpg

Les derniers mètres avant l'arrivée Sourire...

La descente avait beau faire mal aux cuisses, le dernier kilomètre est très bien passé.  Finalement, j'ai bouclé ce marathon en 3h01'26''.  Pas mal du tout pour cette reprise et les conditions de course.

L'équipe termine 12e au général et 6e au classement des équipes.

Merci à mes coéquipiers pour cette chouette journée de sport Rigolant.

Les résultats : www.bibtiming.be 

Commentaires

Ah ben tu venais de me dire que tu hésitais à reprendre la compet ;-)! Beau chrono en tout cas vu le parcours et le peu d'entraînement. Tu as de beaux restes ;-)

Écrit par : Louise | 04/09/2013

;)...
Là, c'etait "just for fun" ! Faire un chouette truc en équipe, sans but de faire une super perf´.
J'étais dans l'inconnu complet, mais je savais que je pouvais tourner aux environs des 3h sur le marathon par rapport à mon rythme à l'entraînement. Mais je ne savais pas si j'allais tenir 42km.
Et pour la suite, c'est toujours ???

Écrit par : Virginie | 05/09/2013

Les commentaires sont fermés.