02/10/2016

Marathon de Bruxelles

Aujourd'hui, je me suis réconciliée avec la distance "reine" qu'est le marathon smile.

Longtemps j'ai réfléchi à faire ou ne pas faire un marathon après ma spécialisation en gériatrie et psychogériatrie (l'expérience pendant les études avait été un échec). Et puis, les sensations revenant bien à la fin du mois d'août, j'ai fait le pas, une inscription au marathon de Bruxelles.  Parcours exigeant, mais Bruxelles est une belle ville wink.

Ce matin sur la ligne de départ, un ciel couvert, 11°C et le vent bien présent.  Pas une préparation idéale vu ma décision tardive à faire ce marathon, et pour une fois, même Fernand était indécis, 2h53' ou 2h55' ou 2h58', j'avais l'embarras du choix surprised... Pour finir, j'ai décidé de partir sur les bases de 2h55' soit 4'10''/km, fallait juste espérer de ne pas être isolée trop tôt sur le parcours.  J'allais trouver un allié, Thierry Paques, et sur les premiers kms, le tempo exact pendant que je lui faisais guide touristique wink.

Avant le 5e km, un roulant compresseur arrivait sur nos talons, les meneurs d'allure "2h59'" fondaient sur nous avec un peloton conséquent.  Mes jambes me disaient qu'ils n'étaient pas sur le rythme prévu pour cet objectif, et effectivement, ça tournait plutôt à 4'05''/km.  Vu le vent et les sensations, je décide de m'abriter au coeur de ce groupe, avec un oeil sur le chrono.  Au fil des kilomètres, l'écrémage a commencé et encore plus, à partir du 17e km où la succession des longues difficultés commençaient.  

Vers Tervuren, le vent était dans le dos et peu avant le semi, suite à un ravitaillement, je me suis retrouvée devant le groupe qui comptaient encore une bonne dizaine d'unités.  L'écart était minime, donc j'ai attendu pour le réintégrer car le retour allait être vent debout yell.  Dès que le parcours a repris la direction de Bruxelles, le vent s'est fait directement bien sentir dans les allées boisées du parc.  Le groupe maigrissait à vue d'oeil et il ne restait plus qu'un meneur d'allure "2h59'" qui commençait à montrer des moments de faiblesse.

A la sortie du parc, une belle petite côte et me voilà isolée à l'avant du groupe.  A partir de ce km 27, je me suis retrouvée seule, vent de face et j'ai commencé à remonter des athlètes partis plus vite.  La descente de l'avenue de Tervueren entre la forêt de Soignes et les étangs Mellaert s'est faite tambours battants (3'46''/km), les jambes tournaient très bien, pas de fatigue, pas de douleurs smile.  Montée de l'avenue vers le Cinquantenaire, la même qu'aux 20 kms de Bxl laughing.  Les coureurs du semi-marathon nous rejoignent, et j'arrive à m'accrocher à l'un ou l'autre.  Arrivée au sommet, les jambes répondent toujours aussi bien, j'avale les pavés de l'Esplanade du Cinquantenaire, descente vers le rond-point Schumann et la rue Froissart, dernière difficulté la rue Belliard, ensuite c'est la plongée vers le centre ville en passant par la gare centrale et la Grand-Place.  L'arrivée se faisait au niveau de la Bourse sur le boulevard Anspach.  J'ai même pu accélérer dans la dernière ligne droite laughing...

Chrono final : 2h53'41'' (mon meilleur chrono sur ce parcours sealed)

5X9A6449.jpg

Vers le 40e km.

SAM_0806.jpg

L'arrivée smile.

SAM_0812.jpg

Le podium.

IMG_2105.jpg

Résultats sur : www.chronorace.be

Commentaires

Superbe victoire Virginie, proficiat ;-)
Ah quand les sensations sont là...

Écrit par : Xavier | 10/10/2016

Merci Xavier, j'ai attendu longtemps avant d'avoir à nouveau de bonnes sensations en courant, pourvu que ce n'est pas temporaire ;).

Écrit par : Virginie | 10/10/2016

Les commentaires sont fermés.